Une baisse des prix des lunettes de vue se dessine

Limitation des remboursements des complémentaires santé, irruption de nouveaux acteurs aux prix cassés.

Les prix des lunettes se tassent après une hausse jusqu’en 2014. Si le prix moyen des équipements dotés de verres à simple foyer est stable depuis quatre ans, celui des lunettes avec verres progressifs a baissé de 20 € pour atteindre 570€.

Comment expliquer cette baisse ?

D’abord, en raison d’un encadrement des remboursements, mis en place par le précédent gouvernement en 2015. Auparavant, les complémentaires santé (mutuelles, assurances, prévoyances), principaux financeurs des achats de lunettes, avaient le droit de rembourser une paire par an, sans limite de montant. Désormais, le remboursement n’est autorisé que tous les deux ans (mais cela reste une fois par an pour les mineurs et les patients dont la vue a évolué).

La prise en charge des verres est elle aussi plafonnée, avec un maximum de 320 à 700 € selon la correction. Quant au remboursement des montures, il ne peut excéder 150 €.

Pourquoi encadrer les prix ?

Parce que les lunettes coûtent de plus en plus chères aux complémentaires santé. Certes, les prix baissent un peu. Mais le nombre de lunettes achetées par les Français a, lui, explosé de 44 % entre 2006 et 2014. « Le vieillissement de la population entraîne une hausse du nombre de personnes à équiper », indique André Balbi, président du Rassemblement des opticiens de France. Et, il faut y ajouter l’usage intensif des écrans.

Quelles conséquences ?

Les prestations d’optique des complémentaires santé croissent de près de 7 % par an, en moyenne, depuis une décennie, pour atteindre 4,4 milliards d’euros en 2015, selon le ministère de la Santé. Cette dépense contribue à la hausse des cotisations des Français. Elles augmentent de 3,8 % en moyenne chaque année!

Et pour les opticiens ?

Leur nombre n’a cessé d’augmenter durant quinze ans. On recense aujourd’hui 12 340 points de vente (4 000 de plus qu’en 2003). On a même vu apparaître des opticiens itinérants en milieu rural.
Mais l’an dernier, pour la première fois, on a enregistré une baisse du nombre de commerces d’optique en France : ils sont 140 de moins. « La baisse des prix affecte le bénéfice, en recul de 40 % depuis quatre ans, calcule André Balbi. Le gouvernement doit en tenir compte. »

Optic&Price s’adapte bien sur à l’évolution des prix sur le marché de l’optique. Cependant, elle s’efforce de se concentrer sur la qualité de ses lunettes, avec des montures qui conviennent à tous, et des verres universels.

Pour découvrir en profondeur le concept Optic&Price, cliquez ICI

La volatilité des prix sur ce marché n’empêche pas Optic&Price d’offrir un service exemplaire, surtout grâce à l’aide de ses opticiens expérimentés et passionnés par leur travail. Pour découvrir la prestation des opticiens Optic&Price, cliquez ICI

Scroll Up